Editorial du 3 juillet 2022

Pour avoir accès à la feuille de la semaine, cliquez ici.

Lever les yeux vers la moisson à venir

Père François-Xavier Wallays

 

 

Les ordinations suspendues à Toulon, un diocèse qui fait l’objet d’une visite canonique, une communauté nouvelle dissoute, le nombre d’ordinations sacerdotales qui, en France, ne cesse de faiblir, les nouvelles, semble-t-il, ne sont pas bonnes cette semaine.

 

Pourtant si on élargit notre regard, deux prêtres mexicains et une religieuse vivant au Brésil ont témoigné jusqu’au sang de l’amour de prédilection du Christ pour les pauvres et les petits. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg des communautés qui suivent le Christ dans l’épreuve de la persécution.

 

De même, à la suite de la Xème rencontre mondiale des Familles, le Pape François, a envoyé en mission 430 familles du Chemin Néo catéchuménal, avec leurs enfants, dans les endroits les plus déchristianisés du monde, pour rendre présent, par leur témoignage de vie, l’amour de Dieu pour ceux qui sont éloignés. Ces familles se sont préparées longuement pour être en capacité d’être envoyées.

 

Le fondateur de ce mouvement rendait grâce devant le Saint Père en disant : « Il est vraiment merveilleux que le Seigneur ait suscité des familles entières, avec leurs enfants, pour émigrer et se transplanter dans les zones les plus sécularisées et les plus pauvres pour porter l’annonce de Jésus-Christ, avec leur témoignage de vie. » Cette expérience d’évangélisation du Chemin Néo catéchuménal a été commencée en 1986 et depuis cette année-là, les Papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François ont renouvelé cet envoi dans les 5 continents, déjà 19 fois. Faut-il s’étonner que cet élan missionnaire laïc soit à l’origine de l’ouverture de nombreux nouveaux séminaires et appelle des jeunes (hommes et femme) à se consacrer dans le célibat ?

 

L’Eglise telle que nous la connaissions disparaît, ce n’est plus le temps de la chrétienté car les sociétés mutent, mais avec un nouveau visage elle s’étend invinciblement là où l’on ne pensait pas qu’elle pourrait être présente. Car seule la charité a les promesses de la vie éternelle.

 

Et si je priais pour une effusion de charité sur nos communautés ? Et si je croyais au printemps de l’Eglise ? Et si je rendais grâce pour les purifications par lesquelles elle passe ? Bel été avec le Seigneur !