S'engager dans le combat pour la paix ?

Les commémorations du centenaire de l'armistice de 1918 ont le mérite de faire

percevoir l'horreur de la guerre à celles et ceux qui ne l'ont pas connue. Mais le

souvenir du sang versé pour que ce massacre innommable soit "la der des der",

doit nous convaincre que gagner la paix est bien plus important que de triompher

militairement.

La première guerre mondiale, "la revanche" de celle de 1870, n'était en fait que le

préliminaire des conflits mondiaux où les hommes ne se combattraient plus pour

défendre ou conquérir des territoires mais pour imposer une idéologie aux

peuples et aux nations.

Un événement en 1917 avait pourtant alerté l'humanité :

des apparitions de la Vierge Marie à Fatima livrant un message confirmé par un signe prodigieux : le soleil semettant à tournoyer de manière insensée dans le ciel

 devant plus de 70 000 personnes rassemblées.

Marie voulait absolument éviter à l'humanité ce combat titanesque d'idéologies mobilisant des millions de personnes dans une confrontation apocalyptique. Elle demandait deux choses :

la prière du chapelet et la consécration à son Cœur Immaculé. C'était le sage

conseil d'une Maman pressentant la folie destructrice qui menaçait l'humanité.

Quand l'homme, est tenté de se laisser fasciner par un système de pensée qu'il

oppose à la réalité (le nazisme, le communisme, le totalitarisme libéral), le seul

recours ne peut être que la prière afin que Dieu touche les cœurs et les libère de

l'emprise du délire de toute puissance.

Quand l'homme pense résoudre l'injustice par la violence et le meurtre comment y

répondre mieux si ce n'est qu'en se confiant à Celle qui incarne le "génie

féminin", en se confiant au Cœur d'une Mère qui sait mieux que quiconque que

l'injustice ne peut être vaincue par l'extermination des dominants. Le chapelet et

la consécration au Cœur Immaculé de Marie sont-ils pas plus nécessaires que

jamais ? Et si nous devenions combattants pour la paix ?