· 

L’Avent, qu’est-ce que c’est?

 

Quand un enfant est annoncé dans une famille, c’est toute la maison qui change de rythme. Il faut lui préparer une place. Il faut se préparer. L’Église commence chaque année liturgique par un temps de préparation à la célébration de la naissance du Sauveur que l’on appelle l’Avent. Elle change elle aussi de rythme, s’accordant à celui de la nature qui entre dans l’hiver et s’adapte au raccourcissement des jours.

 

Les mélodies de sa liturgie invitent à l’intériorisation. Elle plonge dans la méditation des grands textes de l’Ancien Testament qui annonçaient la venue du fils de David à Bethléem pour s’interroger: que sera cet enfant ? Pour accueillir la naissance de celui qui est la lumière du monde, les chrétiens veillent dans la nuit. De même que la nature a besoin de se dépouiller pour renaître, l’Église revient à l’essentiel dans la contemplation pour entrer dans le nouvel élan qu’apportera la naissance du Christ.

 

Marie et Joseph ne pourront pas être accueillis à Bethléem, ils étaient peut-être trop pauvres pour qu’il y ait de la place pour eux. Jésus naîtra donc dans un abri pour animaux et sera déposé dans une mangeoire. En se parant d’une telle pauvreté la Sainte Famille a fait resplendir la dignité du pauvre à qui l’Enfant Dieu a voulu s’identifier. L’Avent est donc aussi un moment privilégié pour donner la première place dans nos communautés et nos vies à celles et ceux qui, comme Marie et Joseph, ne trouvent de place qu’à la périphérie.

 

Les marchands cherchent à récupérer et dévoyer les coutumes chrétiennes. Ils voudraient faire de chaque jour de

ce temps une occasion de gourmandise et transformer Noël en opération commerciale. Ils ne nous empêcheront pas de nous laisser attirer à la crèche pour adorer l’Enfant Dieu!