· 

Le saviez-vous ? Pauline Jaricot sera béatifiée à Lyon, ce dimanche 22 Mai : la connaissons-nous ? 1

 

 

Pauline Jaricot (1799-1862) n’était pas prédestinée à devenir la «mère des missions». Issue d’une riche famille d’industriels lyonnais faisant commerce de la soie, elle mène une existence ordinaire de jeune fille de bonne famille, un peu frivole et sans grandes perspectives.

 

Mais elle se convertit de façon soudaine et change radicalement de vie. Passant des mondanités au côtoiement des plus démunis, Pauline ressent alors au fond de son cœur un appel à soulager les misères des gens qui l’entourent, en multipliant les initiatives qui sont les bienvenues dans les zones pauvres de la ville. Elle voit en cet engagement, qui la porte notamment auprès des canuts, spécialisés dans la fabrication de la soie, une façon de soulager les souffrances du Christ.

 

En pleine première révolution industrielle, et alors qu’un vent révolutionnaire ne cesse de souffler sur la France, la société est particulièrement abîmée et les plus pauvres très vulnérables, autant sur le plan matériel que de la morale humaine : il s’agit de réinventer une solidarité dans un pays dévasté par les dissensions et les inégalités. La 1ère mission de Pauline consiste à effectuer de petits gestes pour aider les plus démunis. Laissant de côté bijoux et fastes, elle revêt des vêtements plus simples et part à la rencontre des ouvriers de son père. La misère de leur condition la touche profondément et par la prière ainsi que de nombreux dons, elle leur permet, à son niveau, de vivre une vie plus digne. C’est comme cela qu’elle évangélise. En effet, son témoignage de paix, d’amour envers son prochain et de charité se fait remarquer et entraîne de nombreux ouvriers sur le chemin de la foi. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0